mardi 27 janvier 2015

Christophe Hénin

Son site :
http://christophe.henin.art.pagesperso-orange.fr/index.htm

Sa bio (tirée de son blog):
"Je suis depuis toujours attiré par le dessin et la bande dessinée. J'ai suivi des études scientifiques, puis obtenu un diplôme de designer produit.

J'ai ensuite collaboré avec le studio Climax Comics où j'ai travaillé sur les séries "Reflex" et "The Elite", puis avec le studio MAKMA, pour lequel j'ai réalisé divers travaux d'encrage tels "Gunplay" ou "Wise Intelligence" pour Digital Webbing Présente.
J'ai ensuite été choisi par les éditions "Réflexions" pour adapter une nouvelle basée sur le personnage de "The Crow" (créé par l'américain James O'BARR et porté plusieurs fois sur grand écran avec notamment Brandon Lee ou Vincent Pérez). J'ai alors réalisé dessin, encrage, lettrage et tramage de "The Medieval Crow".
Suite au succès de ce premier volume, j'ai proposé une suite à l'éditeur qui m'a laissé carte blanche et m'a confié la totalité du projet. J'ai donc ici signé à la fois le scénario et la partie graphique.
J'ai réalisé une Bande Dessinée pour le site internet de fans international de Natalie Portman, suite alternative au film "Léon".

Parallèlement à cela, je travaille en indépendant et réalise illustrations, affiches, couvertures, logos, images de synthèses 3D, etc.
Je finalise une BD Humoristique personnelle...affaire à suivre très bientôt ;)

Sa dernière série :
Le garde républicain, comics créé par Terry Stillborn où Christophe Hénin participe pour les dessin (Tome 2 et 5) chez Hexagon Comics.

Synopsis :
Maxime St-Clair, alias le Garde Républicain, est dans de sales draps. Il vient d'être projeté du second étage de la Tour Eiffel ! Des agents du Crimen ont pris en otage une jeune fille et s'apprêtent à lui faire vivre un sale moment. Si la chute s'annonce fatale pour n'importe quel homme, le Garde Républicain déclenche un mécanisme tiré de son bracelet de force. L'effet est immédiat et un vrombissement déchire le ciel. Une moto propulsée par deux réacteurs approche très vite et permet à Maxime de s'en sortir sans mal. Mieux encore, cela lui permet d'infliger une sérieuse correction aux malfaiteurs. La jeune fille prisonnière, Alima, s'en sort elle aussi quelques minutes plus tard. Les forces de police arrivent sur les lieux et félicitent le Garde. Mais tout serait trop simple si les choses devaient s'en arrêter là...

mardi 20 janvier 2015

Nicolas Otéro

Sa bio :Nicolas Otéro, dessinateur et coloriste, habite Lyon. Diplômé de l'école Emile Cohl de Lyon en 2001, il réalise sur un scénario de Roger Martin sa première série ambitieuse sur le Ku Klux Klan : Amerikkka. La fulgurance de son trait semi-réaliste convient parfaitement à l’univers violent de la série auquel il apporte humour et distanciation. Pour 2007, il se lance dans un projet personnel : Bonecreek, un western post-apocalyptique, tout en continuant la série Amerikkka qui connaît un succès et un écho grandissants.

Sa dernière BD :
Esprits Médoc par Eric Corbeyran et Nicolas Otéro chez Esprit du vin.

Synopsis :
Violette Carignan est une jeune femme dynamique. Agée d’une trentaine d’années, elle donne des conseils de vinifications à de nombreux propriétaires dans toutes les régions viticoles de France…
Enfant, elle a été victime d’un grave accident de la route. Renversée par une voiture conduite par un chauffard, elle a été plongée dans le coma pendant plusieurs semaines. Les médecins l’ont même déclarée cliniquement morte pendant quelques minutes. Ces quelques minutes ont changé sa vie à tout jamais.
Une fois remise sur pied, Violette s’est rendu compte qu’elle possédait un don. Avoir tutoyé « la » mort lui a rendu « les » morts plus familiers, plus accessibles, plus… visibles. Dans ce premier tome, Violette est contactée par plusieurs viticulteurs témoins de phénomènes étranges sur leurs propriétés…

jeudi 15 janvier 2015

Nous avons un parrain pour le festival !

Chers mordues et mordus de BD, Vinz El Tabanas sera le parrain du prochain festival "Bulles dans le lac".
Il aura donc la responsabilité de nous faire une belle affiche que nous attendons avec impatience !

En attendant voici quelques exemples de ses travaux avec tout d'abord quelques dessins issus de la série de comics Grimm Fairy Tales Wonderland auquel il participe,
     

     

ainsi que des dédicaces réalisés au festival l'année dernière
     

et enfin, si vous en voulez encore plus, voici sa page facebook :
https://www.facebook.com/pages/Vinz-El-Tabanas/110289915686402

mardi 13 janvier 2015

Benoît Dahan


Ses sites :
http://www.benoitdahan.com/
https://fr-fr.facebook.com/benoit.dahan.9

Sa bio :
Scénariste, dessinateur et coloriste, il vit à Paris. Après des études d'Arts Graphiques à l’ESAG, il se lance dans l’illustration de presse (Le Monde, Libération, Le Point, Science et vie junior...) et de livres jeunesse.
Simon Radius est son premier album de bande dessinée qu'il réalise avec son ami Erwan Courbier.

Sa dernière série : 
Simon Radius / Psycho-Investigateur par Erwan Courbier et benoît Dahan chez Physalis.

Synopsis :
Le psychanalyste Simon Radius a un don : il peut voyager dans les souvenirs de ses patients. Souvent sollicité par la police pour élucider des affaires, il enquête cette fois sur la disparition mystérieuse de sa propre femme, Dora. Il croisera un autre expert : John-Lou Bonseigneur, psy des stars et manipulateur de génie

mercredi 7 janvier 2015

Christophe Girard

Sa bio :
" Je suis né en mai 68 mais je n'ai pas eu la force de jeter mes premières couches sur les policiers. Depuis toujours, ce mois historique m'a collé à la peau me nimbant d'une auréole révolutionnaire.
A 5 ans, je me suis attaqué à la machine capitaliste, en copiant intégralement à la main et en tirant la langue, le journal de Mickey que j'essayai de revendre à mon entourage à des prix qui auraient dû mettre à genoux l'impérialiste américain. Ma cadence de travail fut la source de mon échec.
Quand ce fut le tour de ma révolte printanière de lycéen, je ne fis rien : cette fille sublime à la grande couette préférait préparer son bac. Je fis alors de même. La révolution était passée quand j'appris qu'elle préférait les grands blonds.

Quand vint le temps de l'occupation de l'école des Beaux-Arts, je n'ai pas pu non plus, j'avais "plonge" dans un resto. J'ai fréquenté les milieux d'extrême gauche à la limite du terrorisme sans jamais oser suivre.
Puis en travaillant comme humanitaire, j'ai dessiné les camps de la mort en Roumanie, les massacres des Kurdes après la première guerre du Golfe. Puis la guerre en Croatie, en Bosnie. J'ai découvert la misère de nos propres rues. J'ai dessiné des carnets de voyages quand c'était ringard. J'ai été plasticien, j'ai été néo-dadaïste. Tout ça pour pas grand chose.

Je suis devenu professeur. Je suis devenu fonctionnaire. Et enfin, je suis devenu un révolutionnaire efficace. Devant moi, des cerveaux libres et vivants pour une république laïque, démocratique et cultivée ! Ma soif de savoir et la réflexion sont mes armes.
Comme le principe d'une révolution est de revenir sur ses bases, en 2005, je suis revenu à la BD. Je suis un vieux débutant mais mon passé nourrit mes planches. Je rêve d'une bande dessinée distrayante, esthétique et intelligente. Instructive et engagée. Un crayon peut changer ce qu'une bombe peut stigmatiser. Je suis né en mai 68 qui me nimbe d'une auréole révolutionnaire malgré moi."

Sa dernière série :
Le linceul du vieux monde par Christophe Girard chez Les Enfants Rouges.

Synopsis :
1831. Depuis un an, Charles X, roi de France autoritaire et réactionnaire a été renversé. Louis-Philippe soutenu par la haute bourgeoisie est sacré comme roi des français. Les banquiers et la bourse sont au pouvoir.
A Lyon, l’industrie dominante est le tissage de la soie, un produit de luxe qui assure les 2/3 des exportations françaises et 90% de la production mondiale. Les ouvriers de la soie qu’on appelle canuts sont exploités de telle manière que même certains affairistes sont choqués par les conditions de travail abominables des canuts. Les 15 heures de travail journalier leur assurent à peine de quoi survivre. Mais la loi du profit est supérieure et sous prétexte d’une concurrence chinoise à peine émergente, le patronat « les fabricants » décident en novembre 1831 de baisser les salaires. Le 21 novembre, les canuts cessent le travail et descendent dans la rue manifester pacifiquement. La garde nationale, milice tenue par les fabricants, tire sur la foule. C’est le début de l’émeute puis de la révolution. Après 3 jours de combats et plus de 600 morts, les canuts sont maîtres de la ville. Que vont-ils faire du pouvoir ?